Stock épuisé.
Rupture de stock
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

Bibol

Bibol

Bibol, c’est beau, naturel, juste et durable


Alimentaires, légers et résistants, ces remarquables  plats en bambou entièrement fabriqués à la main perpétuent traditions et savoir-faires millénaires grâce à un partenariat équitable entre les artisans vietnamiens et Bibol.

 

frise bobol

 

 

 

1. Alimentaire, mon cher Watson !

Salade, vinaigrette, plat chaud, mousse au chocolat ou thé dans nos bols. Le bambou, comestible par essence, est protégé par un vernis, lui évitant ainsi d’être teinté ou parfumé par les aliments.
Le bambou est isolant : le froid reste froid, le chaud reste chaud et l’extérieur est à peine plus que tiède.

 

2. Handmade, handwash !

Toute la fabrication se fait à la main, l'entretien aussi: les objets en bambou Bibol ne doivent pas être passés au four à micro-ondes ou au lave-vaisselle

 

-Moc : la menuiserie

Le bambou est récolté en respectant son cycle de croissance. Il séjourne longuement dans l'eau courante pour acquérir solidité et durabilité. Une fois séché, il est fendu en lamelles. Sélectionnées, elles sont enroulées de l’extérieur vers l’intérieur. Le disque obtenu est appliqué sur un gabarit pour donner sa forme à l’objet. Plongé dans une résine naturelle, puis séchés, il est ensuite raboté puis poncé avant les
finitions...
La fabrication des bols fait vivre une douzaine de familles.


-Zao, Sun Mai et Kham: les finitions

Pour des raisons d’homogénéité et d’investissement, les finitions sont regroupées en un lieu unique. Nous sommes les seuls habilités à faire les finitions dans Hanoi même, car nous sommes les seuls à utiliser des peintures propres, sans solvant, sans C.O.V ; nous nous éloignerons bientôt dans les faubourgs d’Hanoi en raison de notre croissance et par soucis d’économie.

 

-ZAO, les lasures

Cette subtile coloration transparente du bambou laisse percevoir les nervures des différentes strates de bambous. Nos plats lasurés apporteront à vos tables fraîcheur et authenticité.

-SUN MAI, les laques: Ce sont les douze couches et le ponçage à l’eau, qui donnent ce brillant et cette profondeur à nos laques, et confèrent cette solidité à nos produits.
Nos plats laqués réjouiront vos dîners de leurs reflets.

 

-KHAM, la marqueterie de coquilles d’oeuf

Ces mosaïques aux délicates marbrures sont obtenues par incrustation manuelle de minuscules fragments de coquilles d’oeuf. Cette technique ancestrale confère à la gamme élégance et solidité.
La gamme KHAM marquera vos réceptions avec distinction et raffinement.

-Manuel d’entretien : entretien manuel L’entretien se fait comme la fabrication, à la main.

Pas de lave-vaisselle, pas de micro-ondes, et vous les garderez longtemps.

 

-Témoignage

« Au début nous avons acheté les saladiers bibol parce que nous les trouvions sympas.
Maintenant que nous les utilisons quotidiennement, une véritable relation affective s’est créée
avec ces objets. » Alain M. – dirigeant d’entreprise.

 

3. bibol, une coopérative éco-citoyenne

Fille de paysan, Petite Lune travaille dès 8 ans, récoltant le riz et gardant les buffles. À 13 ans, elle fuit la misère de son pays, comme 2 autres millions de vietnamiens. Après 20 ans de vie active en France, elle retourne dans son pays natal, présenter son mari à sa famille. Ensemble, ils découvrent le Viet Nam dont elle ne connaissait que son village. Durant ce voyage, germe l’idée de développer une activité de commerce équitable : commercialiser des produits écologiques et artisanaux en bambou. Ainsi, bibol, coopérative ouvrière de production voit le jour en 2007.

-Commerce équitable : bibol et les artisans

Une douzaine de familles fabrique les bols, et une petite trentaine d’artisans s’occupe des finitions. Tous se sont engagés à préserver les zones où pousse le bambou, recycler, utiliser des matériaux naturels, limiter leurs émissions de CO2, ne pas employer d’enfants et envoyer les leurs à l’école. Ils travaillent avec des peintures propres, sans solvant ni COV, ont une assurance maladie et des salaires décents : du salaire du marché pour l’apprenti à 4 fois plus pour les plus expérimentés. Ces bols sont à l’image de la qualité des échanges humains : durables et naturels.

 

-Le bambou face au béton et plastiques

Le bambou est encore omniprésent dans la culture vietnamienne : de la gastronomie à l’architecture, en passant par le papier, les vêtements et le mobilier.
Insidieusement, le plastique et le béton le remplacent petit à petit... C’est pourtant une ressource aux propriétés incontestables : souple, solide, résistante, croissant rapidement, sans engrais ni pesticide, stabilisant les sols et fixant deux fois plus de CO2 qu’un arbre. Son utilisation est l’assurance de la pérennité de sa culture.


Exigez bibol !

Acceder au site de Bibol